Une matinée avec Pauline Ado

Le monde de la compétition est sans doute celui que je connais le moins dans le milieu du surf. Bien évidemment, je connais mes classiques mais je ne suis pas rivé derrière mon ordinateur à chaque live WSL: je préfère surfer et suis tout ça de loin en regardant quelques « Heat on demand » quand Kelly sort encore des « perfect 10 » ou Dane Reynolds est invité en Wildcard !

\r\n

Par contre, ce qui m’intéresse fortement c’est de savoir quelle est la journée type d’un surfeur pro, sa personnalité, ses kiffs, ses angoisses, juste pour les humaniser un peu et passer derrière la vitrine Quiksilver, Ripcurl ou Billabong.

\r\n

C’est grâce à notre amie photographe Cécilia Thibier que nous avons rencontré Pauline Ado, sans nul doute l’une des meilleures surfeuses françaises puisqu’elle était sur le WCT (circuit top mondial) de 2011 à 2014.

\r\n

Au programme: Shooting photo, Surf, Interview SurfME

\r\n

6h30 Réveil

\r\n

On se lève tête dans le coltar pour descendre rejoindre les filles. Maillot de bain, board sous le bras, on se cale une petite descente en skate avant d’arriver sur le spot !

\r\n

6h50 Blague

\r\n

Jb sur la route en maxi forme me sort sans doute la meilleure blague du moment: « Dépêche toi ! Faut pas qu’on soit en retard, j’ai pas envie de me mettre Pauline Ado ! »  ……… (bon ok tu sors !)

\r\n

7H15 Shooting

\r\n

Les filles arrivent chacune avec leurs outils de travail: une board pour l’une et un appareil photo pour l’autre. Là, en les voyant devant nous, on oublie vite la fatigue et on se dit qu’on a quand même le meilleur job du monde (si tant est qu’on puisse parler de travail 😉 Une fois les présentations faites, ni une ni deux, les filles se mettent au travail et le shooting commence. Le but, c’est de profiter au maximum de la luminosité matinale.

\r\n

Pas facile de se mettre dans le bain, même quand on est habitué à être sous les projecteurs, il faut savoir jouer avec la caméra !

\r\n

Et pour ça les ami(e)s, Cécilia a un véritable talent, la tchatche naturelle, elle sait vous mettre à l’aise. Car être un bon photographe, ça n’est pas seulement prendre des clichés avec le dernier Canon, c’est aussi être un bon communiquant pour obtenir le meilleur résultat ! Et je pense pouvoir dire que c’est plutôt réussi ;)\r\n

\r\n

bestlght-31

\r\n

bestlght-41

\r\n

8H45 Surf

\r\n

Les conditions étaient pas folles mais il faisait beau et chaud. Le plan d’eau était très propre avec un petit 80 cm.

\r\n

Quand Pauline arrive dans l’eau, j’entends de chaque côté de moi les profs de surf expliquer à leurs élèves qui est cette jeune surfeuse: « Vous voyez là, celle qui rentre dans l’eau, c’est Pauline Ado, une des meilleures surfeuses françaises ! ».

\r\n

bestlght-98

\r\n

Ils présentent Pauline de la même manière qu’un prof aurait pu présenter un ministre à ses élèves. J’avoue même moi j’ai eu un petit moment de patriotisme surf français à ce moment là.

\r\n

Puis j’entends: « regardez là surfer ! »

\r\n

bestlght-53

\r\n

bestlght-61

\r\n

bestlght-76

\r\n

Bon forcément niveau surf ça fracasse !

\r\n

9H45 Interview SurfME

\r\n

Après une bonne session de surf, on se pose au Surfing pour une petite interview ou j’ai pu y découvrir une jeune femme souriante, douce et très sereine.

\r\n

Présentation

\r\n

Pauline nous raconte qu’elle a grandi à Hendaye et que c’est là bas qu’elle a pris ses premières vagues. De nature assez sportive, Pauline joue au foot, au Hand ball et traine avec les garçons. A 8 ans, elle commence la compétition mais : »ça ne me réussissait pas trop, je perdais souvent au 1er tour ! »

\r\n

Puis, c’est vers l’âge de 10 ans qu’elle gagne ses premières compétitions et décroche son premier sponsor Rip Curl avec de 2/3 combinaisons: « pour l’époque c’était juste énorme, je m’en souviens encore quand ils me l’ont annoncé et ça m’a complètement boosté ! Sans pour autant me projeter dans une carrière pro. »

\r\n

Un bac scientifique en poche avec mention « Bien », elle se qualifie rapidement sur le circuit pro. Elle lâche rapidement ses études de Langues étrangères appliquées pour se consacrer pleinement au surf avec l’appui de ses parents.

\r\n

Qu’est ce qui te plait le plus aujourd’hui dans ton mode de vie ?

\r\n

« La partie voyage me plait beaucoup et puis jamais de routine ! Pas une session qui est la même, pas une vague qui se ressemble, tu dois toujours t’adapter à des conditions que ça soit en voyage ou en entraînement.

\r\n

malibuMalibu vibes

\r\n

tortuerencontre 😉

\r\n

Les gens et les milieux que ça m’a permis de découvrir aussi. »

\r\n

friendsfriends

\r\n

Qu’est ce qui te plait moins ?

\r\n

« Pas grand chose. Peut-être la partie galère des voyages parfois. Ça peut être usant ! ».

\r\n

Ta destination surf favorite ?

\r\n

« Mentawai, indonésie super boat trip et vagues incroyables. Le Mexique pour les vagues et l’ambiance »

\r\n

Quel est ton plus gros défaut technique ?

\r\n

« Je manque d’agressivité sur la vague en compétition. Mais c’est plus une question de mentale et aussi de personnalité je crois.. »

\r\n

ripManque d’agressivité…

\r\n

Comment tu gères ton image de surfeuse ?

\r\n

« L’image est très importante dans le surf et dans le sport en général. Au-delà des résultats, j’aime ça et ce n’est pas une contrainte pour moi car je ne vais pas à l’encontre de moi même, je reste naturelle. »

\r\n

Pauline Ado et les réseaux sociaux ?

\r\n

« J’aime bien les réseaux sociaux et je les gère moi même. J’aime bien le retour des gens et parler avec ma communauté. Je me prends au jeu. Sur Twitter ça m’arrive même de demander à mes followers si ils ont un bouquin ou un film à me conseiller quand je voyage ! »

\r\n

Itwfans

\r\n

Et SurfME cette idée de réseau social surf ?

\r\n

« Le surf est un sport très visuel et les gens ont beaucoup tendance à se prendre en photos. Peut-être même plus que certaines communautés donc de ce point de vue là, ça peut vraiment bien marcher. C’est bien aussi de cibler un sujet car Facebook est très large aujourd’hui et y’a beaucoup de choses que tu as envie de zapper ! »

\r\n

SurfME tu l’utiliserais ?

\r\n

« Oui si il y’a du monde dessus. C’est un peu l’effet mouton; plus tu as de gens autour de toi qui l’utilisent, plus tu as envie d’y aller. Je pense qu’on est un peu tous pareils là-dessus. Après quand tu voyages c’est un bon outil aussi pour se mettre en relation avec des surfeurs locaux »

\r\n

A ce moment-là j’ouvre l’appli sur mon téléphone et je lui montre la version 2 de SurfME tout en lui demandant si elle connait « Tinder » (rires), elle me répond que oui. Et bien voilà ce qui arrive…: « ha ok cool ! »

\r\n

En attendant vous savez ce que vous avez à faire pour faire venir notre championne française de surf: télécharger l’appli SurfME 😉

\r\n

Merci Pauline pour l’interview !

\r\n

ciao

\r\n

Retrouver la page de Pauline Ado ici:

\r\n

Page FB Pauline Ado

\r\n

Retrouver toutes les photos de Cécilia ici:

\r\n

Site internet Cécilia Thibier photographie

\r\n

Page Fb Cécilia photographie

About the author

Fondateur - Issu d’une famille Bretonne et surfeur depuis une quinzaine d’années, il recrute, coordonne le développement et gère les finances de SurfME pour façonner un projet aux valeurs fun, green et sportives.

Related

Join li diskason

Comments

  • comment embrasser une fille langue janvier 19, 2016 at 06:46

    coucou, pertinent article j’ai vraiment adoré

    Reply