Thomas Derégnieaux: un Breton à Hawaii

L’application SurfME nous amène chaque jour à rencontrer divers personnages sur notre timeline, avec leur histoire, leur passion, leur expérience. Dans la série « portrait », notre route croise aujourd’hui celle d’un Breton.

\r\n

SurfME: Salut Thomas, peux-tu te décrire en quelques mots?

\r\n

Thomas Derégnieaux: Salut SurfME, je m’appelle Thomas Deregnieaux, j’ai 24 ans et je suis originaire de Lomener, un petit village côtier de Bretagne Sud à côté de Lorient. Mon homespot est la côte guideloise qui regorge de beach break et reefs variés. J’affectionne plus particulièrement la droite des Kaolins. Cette vague est très puissante mais elle marche trop rarement à mon goût. Elle a un potentiel digne d’une vague world class quand elle décide de fonctionner.

\r\n\r\n\r\n

Kaolins

Kaolins

\r\n

Niveau job, j’ai fini mon master Sciences Pour l’Environnement il y a 4 mois et depuis un an, en parallèle, mon activité de photographe tourne très bien. Mariages, reportages, shooting, compétitions, mon emploi du temps cette année aura été bien chargé.

\r\n

SM: C’est quoi ton rapport au surf?

\r\n

TD: J’ai pris quelques mousses en surf étant jeune puis je suis passé rapidement au bodyboard. Cela fait maintenant quelques années que j’en fais mais je ne suis plus assez régulièrement pour progresser car la photo aquatique a pris le dessus. Je vis la session autrement et je m’éclate tout autant que les riders.

\r\n

SM: D’où est née ta passion pour la photo et surtout qu’est-ce que tu trouves intéressant dans les photos de surf?

\r\n

TD: Lors de la sortie du numérique, mon grand père a acheté un Pentax et une fois dans les mains, j’ai vu les possibilités infinies qu’offrait cette technologie et je me suis dit : « Il m’en faut un ! »

\r\n\r\n\r\n

Thomas exploring

Thomas exploring

\r\n

Ce que j’aime avec la photo de surf, c’est que deux sessions identiques peuvent t’offrir des clichés complètement différents. Du lifestyle aux manœuvres, en passant par les barrels, la photo de surf est une ressource quasi inépuisable pour les photographes.

\r\n\r\n\r\n

app SurfME #134

App SurfME photo #76

\r\n

Insight

\r\n

Late snap

\r\n

SM: Qu’est-ce qui te fait tripper dans le monde du surf?

\r\n

TD: Les trip surf bien évidement et une bonne session à la maison entre copains jusqu’au couché de soleil.\r\n

\r\nSession entre pots\r\n

SM: Qu’est-ce que tu aimes moins dans le monde du surf?

\r\n

TD: Les kilomètres !!! Faire le tour de la Bretagne pour trouver le bon spot et revenir surfer à la maison au final avec un bon vent On shore

\r\n

Kilometres

\r\n

SM: Et ton trip à Hawaii? C’est venu comment? Raconte un peu ton aventure.

\r\n

TD: J’avais du temps, un peu d’argent de côté et mon pot François qui était là bas. Je voulais également shooter de nouveaux paysages et bien sur de nouveaux spots, le tout en board short au mois de décembre plutôt qu’en 5 millimètres à la maison. 

\r\n

J’ai commencé par  Big Island avec Thibault, un pote de la côte, moniteur de surf. On a fait le tour de l’île pour visiter et trouver des vagues. A l’ouest on est tombé sur un reef qui nous a offert nos premières images de surf et de plongée avec les tortues.

\r\n

Tortue Hawaii

\r\n

Surfing Hawaii

\r\n

SM: Un petit tour au Pipe Masters, c’était comment ?

\r\n

TD: En un mot : Magique.

\r\n

Après quelques jours d’attentes, la compétition reprend, les tubes et les vagues étaient plus grosses les unes que les autres.

\r\n\r\n\r\n

Set de vagues

App SurfME photo #77

\r\n

La direction a même décidé de mettre en standby l’event pour raisons de sécurité. (Trop de planches cassées, un surfeur qui se blesse et trop de taille pour les sauveteurs en jet ski). La vague de Pipe est alors envahie par les free surfeurs qui ne pouvaient rêver mieux. John John, Jamie O’Brien et d’autres assurent le show bras levés dans le barrel.

\r\n

Barrel

\r\n

Blue barrel

\r\nCette compétition aura été fabuleuse et je suis heureux d’y avoir participé depuis la plage.\r\n

 SM: Un petit tour à Jaws ?\r\n

\r\n

 Oui, après avoir assisté au PipePro et en avoir pris plein les yeux, il me reste deux jours sur Oahu avant de rejoindre mon pote François pour trois semaines sur Maui. Il loge non loin de Jaws et à pour rôle de coacher un jeune surfeur français expatrié à Hawaï. Marco Rista est le fils de Paolo Rista, connu pour avoir surfé un des plus gros Jaws de l’histoire à la rame. Sa tâche est de suivre en compétition le jeune Marco et de le préparer physiquement et mentalement au surf de grosses vagues.

\r\n\r\n\r\n

jaws aqua

App SurfME photo #78

\r\n

SM: Comment as-tu connu SurfME et qu’est-ce que ça t’inspire, qu’est-ce que ça évoque pour toi?

\r\n

TD: J’ai connu SurfME via la page Facebook SurfME. J’aime bien ce principe d’échange ciblé sur le milieu du surf. Cela permet de créer de nouveaux contacts dans le milieu qui nous anime et d’échanger. Ca m’évoque une nouvelle plateforme pour le surf 2.0.

\r\n

SM: Tu as l’application? Elle te plaît?

\r\n

TD: Oui, j’ai installé depuis peu l’application vu que je suis plus souvent sur mon pc que sur mon smartphone. Elle est simple d’utilisation, bien conçue et concise, je recommande !

\r\n\r\n\r\n

IMG_1873

#Profile SurfME

\r\n

SM: Un dernier mot?

\r\n

TD: Longue vie à SurfME et au plaisir!

\r\n

SM: Merci Thomas, bon vent !

\r\n

Vous pouvez suivre Thomas en cliquant sur les liens suivants:

\r\nhttp://thomasderegnieaux.wix.com/tdphotography\r\n\r\nhttps://www.facebook.com/ThomasDeregnieauxPhotography\r\n

Si comme Thomas vous avez envie de partager avec la communauté SurfME, vos photos, trip surf et autres n’hésitez pas à nous contacter : http://surf-me.com/contact/

About the author

Fondateur - Issu d’une famille Bretonne et surfeur depuis une quinzaine d’années, il recrute, coordonne le développement et gère les finances de SurfME pour façonner un projet aux valeurs fun, green et sportives.

Related

Join li diskason