Tanika Hoffman « like a Lion be Zion » !

S’il fallait définir Tanika en un mot je choisirais sans aucune hésitation « Nala » (celle du Roi Lion). Joueuse, vive, intrépide, toujours prête à aller surfer, cachée entre 2 sets de houle: elle chasse la vague. Et croyez moi, quand elle la tient entre ses griffes c’est pour mieux la saigner à coup de roller ! Attention, l’Afrique du sud est dans la place !

\r\n

If I had to define Tanika in one word, I would choose without hesitation: « Nala » (remember « The Lion King »). Player, sharp, daring, always keen to surf, stashed in between two sets : she hunts the wave ! And believe me, when she nails it between her claws, it’s for blooding it roller after roller ! Watch out guys, South Africa is paddling around !

\r\n

lion kingMaaahhhouuu !

\r\n

Tanika, je l’ai rencontré pour la première fois il y a un an, à la Beach House à Anglet où je travaillais en tant que serveur. Comme tous les ans, elle venait rendre visite à des ami(e)s, son sponsor Billabong et surfer les beach break du coin. Bref, profiter de la vie à la Française.

\r\n

I met Tanika for the first time, about a year ago at the Beach House in Anglet where I was working as a waiter.  Like every year, she came to visit her friends, her sponsor Billabong to surf beach breaks in the area and of course to enjoy the French lifestyle.

\r\n

parisLa France c’est aussi Paris…                                                                                                       France is also Paris…\r\n

\r\n

De retour cette année, j’en profite pour appeler mon acolyte photographe Cécilia Thibier pour un shooting/interview lifestyle qui, connaissant les 2 personnages, ne pouvait qu’être explosif !\r\n

\r\n

Back this year, it was the perfect moment to schedule a shooting/interview with my favorite photographer partner Cécilia Thibier. With those two girls, I was sure about one thing: a blasting result !

\r\n

CeciliaCécilia doing the job

\r\n

Il y a plusieurs façons de mener sa carrière de surfeur pro. Certains privilégient l’image comme Alana Blanchard (1,5 millions de followers sur Instagram), d’autres les résultats sportifs comme la française Johanne Defay qui fait partie des 50 meilleurs surfeuses mondiales et puis d’autres comme Tanika font un savant mélange des 2.

\r\n

I think there is many ways to lead your professional surfer career. Some will stay focus on their image like Alana Blanchard  with 1.5 millions followers on Instagram,  while others work hard on their surf results like Johanne Defay who ranks amongts the best 50 female surfers in the world. Right in the middle, you find surfer like Tanika taking a piece of each and mixing it up smartly.

\r\n

Présente sur le WQS, elle fait partie du top 150 meilleures surfeuses au monde.

\r\n

Ranked in the WQS, Tanika is one of the 150 best female surfers in the world.\r\n

\r\n

QSMaitrise du bottom turn                                                                                                              Mastering the bottom turn\r\n

\r\n

Et avec pas moins de 25000 followers sur les réseaux sociaux, elle maitrise parfaitement son image pour que ses sponsors lui fassent confiance.

\r\n

With up to 25K followers on social networks, she knows how to manage her image and make her sponsors happy 😉

\r\n

tanika-hoffman-cecilia-thibier-photographie-52 « Like a Lion be Zion »

\r\n

En clair, à 23 ans Tanika est déjà une véritable businesswoman !

\r\n

As a result, at 23 years old Tanika is a real businesswoman !

\r\n

Voici une petite interview pour en savoir plus sur cette Sud Af exilée lors d’un automne au pays de la « french baguette »:

\r\n

You want to learn more about Tanika hey ? Here is a little interview about a South Africain surfer girl expatriated in the french « Baguette country » :

\r\n

SurfME: Peux tu te présenter en quelques mots ?

\r\n

SurfME: Could you please introduce yourself ?

\r\n

Tanika Hoffman: Salut je m’appelle Tanika j’ai 23 ans,  je viens de Capetown en Afrique du Sud, je surfe depuis l’âge de 9 ans.

\r\n

Tanika Hoffman: Hello my name is Tanika Hoffman, I am 23 years old, I am from Capetown South Africa, I have been surfing since I was nine.

\r\n

sudafRepresent SA\r\n

\r\n

C’est un peu bizarre parce qu’à la base personne ne surfait dans ma famille. C’est à force d’aller à la plage avec mes parents que j’ai eu envie d’essayer. Et à Capetown sur le spot Muizenburg (parfaites vagues pour les débutants) comme beaucoup de monde j’ai eu ce sentiment magique et addictif de ma première vague surfée. Depuis j’ai jamais lâché !

\r\n

It is kind of strange because no one else in my family surfs. I just used to go to the beach with my family and when I saw people surfing I really wanted to try. When I got my first wave in Muizenburg (perfect beginners waves) I guess I was like everybody with this feeling of keep going surfing and surfing. So I never stopped until I convince my Mom to take me off to school !\r\n

\r\n

SM: Qu’est ce que tu aimes le plus dans le surf ?

\r\n

SM: What do you like the most about surfing ?

\r\n

TH: Le fait qu’aucune session ne se ressemble. Que d’un surf à l’autre, les vagues peuvent être complétement différentes et tu ne sais jamais vraiment à quoi t’attendre avant d’avoir checké le spot.

\r\n

C’est cool ! Il y a aussi le fait qu’en surf tout le monde peut s’amuser, profiter d’être dans l’eau, en contact avec la nature.

\r\n

TH: I think what I love about surfing is the fact that no one wave or one session gonna be the same as the next one. You never know what you expect. You just having fun. Even if you have a bad surf, it is not that bad, it has always something good about it. You get to go in the water, you feel the ocean, it’s just the feeling and the lifestyle more than the actual surf session.

\r\n

SM: Qu’est ce que tu aimes le moins ?

\r\n

SM: What do you least like about surfing ?

\r\n

TH: L’eau froide !

\r\n

TH: Cold water !

\r\n

freezeCombi 4/3, gants, chaussons                                                                                  Fullwetsuit 4/3 mm, gloves and booties\r\n

\r\n

J’adore l’été, quand il fait beau et que l’eau est chaude. Capetown est magnifique comme endroit et j’adore surfer à la maison mais l’eau peut être très froide…

\r\n

I love summer when it’s sunny and I love warm water. Capetown is beautiful, I love surfing at home but sometimes the water could be very cold…

\r\n

blueDes airs de tropiques mais avec les chaussons                                                                          Tropical water with boots\r\n

\r\n

SM: Justement, est ce que tu penses qu’apprendre à surfer dans eau une froide est un avantage pour toi ?

\r\n

SM : And actually, do you think it’s an advantage to learn surfing in a wild country (wind, cold water, sharks..) ?

\r\n

TH: Je pense surtout que l’avantage de Capetown est qu’il y a une grande variété de vague, reef break, beach break, point break etc..

\r\n

TH: I think the real advantage is that Capetown has so many differents waves : beach breaks, reefs, points and this is definitly an advantage because I don’t just surf the same kind of waves all the time.

\r\n

SM: Est que tu t’entraines souvent physiquement en dehors du surf ?

\r\n

SM: Do you work out when it’s flat ?

\r\n

TH: Oui je m’entraine à la maison, à la gym et j’ai un coach technique. S’il y a pas de vagues je m’entraine tous les jours, si il y a du surf, je m’entraîne 2/3 fois par semaine.

\r\n

TH: Yes I train back home, I train with a trainner and at the gym. If there is no waves, I train everyday, if there is surf, 1 or 2 days per week. It’s hard with surfing because you never know what the ocean gonna do !

\r\n

trainningStretching

\r\n

Difficile de savoir ce que nous réserve la météo. Quoiqu’il arrive les entrainements surf restent très ludique, on fait jamais la même chose donc je ne m’ennuie pas.

\r\n

SM: L’épisode Mick Fanning et l’attaque de requin à J-Bay, tu étais là ?

\r\n

SM:  What about the shark attack with Mick Fanning in J-Bay, were you around ?

\r\n

TH: Non j’étais à Paris mais j’ai vu ça. J’ai surfé plein de fois J-Bay et je n’ai jamais vu de requins. Et là, bizarrement, quand toute la planète surf est rivé devant leur écrans, ça arrive !

\r\n

TH : No, I was in Paris. It is so strange because I surfed J-Bay all the time and things like that pretty much never happen. And when the all world is watching, it happens !

\r\n

jbayJ-Bay

\r\n

En tout cas, je ne crois pas il y ait plus plus de requins qu’en Australie ou en Californie mais forcement l’océan est leur zone naturelle donc difficile de ne pas tomber sur l’un de leur en surfant 😉

\r\n

But South Africa is definitly not as sharky as people think. I mean there is definitly couple more sharks in South Africa than in France. But if you compare to California or Australia it is not different. Sharks live in the ocean, we can’t expect them to not be there.

\r\n

SM: Que penses tu des vagues et de la culture française de manière plus générale ?

\r\n

SM : What do you think about the French culture and waves ?

\r\n

TH: Les beach breaks français sont hyper fun ! Parfois c’est un peu irrégulier mais j’aime surfer dans le coin. Surtout depuis que je suis ici à Anglet, je peux surfer tout type de vagues alors qu’avant je restais tout le temps sur Hossegor.

\r\n

TH :  French Beach breaks are so much fun ! Sometimes, it is a bit inconsistent but when the waves come it’s really fun. I love surfing around. Specially now I am not just surfing Hossegor, I discover a lot of differents waves !

\r\n

btzGrande plage de Biarritz avec la championne de France Uhaina Joly         Spot « Grande plage » in Biarritz with Uhaina Joly\r\n

\r\n

Pour le reste, je connais trop bien la France pour sentir une différence entre ici et l’Afrique du sud. Je me sens un peu à la maison ici.

\r\n

Regarding the French culture, I’ve been here for a while, so I don’t really feel any cultural differences. I feel like being home !

\r\n

Facebook  Tanika Hoffman

\r\n

Instagram Tanika Hoffman

\r\nhttps://www.youtube.com/watch?v=5lYkdgPCzBA

About the author

Fondateur - Issu d’une famille Bretonne et surfeur depuis une quinzaine d’années, il recrute, coordonne le développement et gère les finances de SurfME pour façonner un projet aux valeurs fun, green et sportives.

Related

Join li diskason