Crise requin : Jeremy Flores débouté en première instance contre Sea Shepherd

Le surfeur Jeremy Flores a été débouté lundi dernier par le Tribunal de Dax pour la plainte en diffamation qu’il avait porté contre Paul Watson l’homme à la tête de l’association écologique Sea Shepherd.

Les faits

Souvenez-vous il y a quelques mois alors que nos frères/amis surfeurs/bodyboardeurs tombaient un à un sous le coup des attaques mortelles de requin à l’île de la Réunion, la crise faisait rage (encore maintenant) entre les « écologistes » opposés aux prélèvements de requin et les partisans de la pêche comme seule solution pour retrouver un libre accès à l’océan.

Dans les partisans de la pêche aux requins, on retrouvait notamment le champion de surf français natif de l’île Jeremy Flores qui avait su rallier à sa cause Michel Bourez (champion de surf tahitien) et surtout la légende de surf aux 11 titres mondiaux l’américain Kelly Slater qui avait pris part au débat en disant qu’il fallait faire de sérieux « prélèvements » de requins au regard des attaques dramatiques qui avaient lieu à la Réunion.

Un discours qui lui a valu un tsunami d’insultes sur les réseaux sociaux et il se ravisera quelques jours plus tard dans une lettre à Paul Watson en disant que « tuer quoi que ce soit dans l’espoir d’une solution n’était pas en ligne avec sa philosophie de vie »

Puis c’est autour de Paul Watson d’écrire un long éditorial dans lequel il dit que « la cause de ces attaques fréquentes est la pêche elle-même, donc Florès et le gouvernement français sont complices des circonstances qui ont vu 20 attaques depuis 2011 dont 8 mortelles ».

Et c’est cette phrase parmi d’autres qui a mis le feu au poudre et déclenché la plainte en diffamation du surfeur français.

Le jugement

Pour le tribunal de Dax il n’y a pas de « responsabilité direct entre Jérémy Florès et les attaques de requins, mais simplement un débat entre l’association et le surfeur sur les causes de ces attaques et les moyens à mettre en œuvre pour y remédier » pourra t-on lire dans Sud Ouest.

Résultat Jeremy Flores est condamné à payer 1000 euros à l’association pour les frais de justice….

Notre analyse

Premièrement, il est difficile de rendre une décision quand on est un tribunal landais bien loin de la réalité et du cauchemar que vivent les réunionnais depuis déjà 6 ans où les attaques de requin se multiplient de manière anormale sur l’île.

Deuxièmement l’avocat de Sea Shepherd se félicite de cette décision en disant que : « la justice semble soutenir les avis scientifiques plus que les avis polémiques ». Quels avis scientifiques ? C’est bien tout le problème de la crise réunionnaise c’est qu’on sait très peu de chose sur les causes de ces attaques… Là encore, cela démontre l’absence totale d’analyse du dossier et du contexte particulier de la crise réunionnaise.

Enfin, le tribunal de Dax a fait une interprétation assez clémente de la définition légale de la diffamation qui a favorisé Paul Watson qui n’est pourtant pas à son premier coup d’essai. Condamné à plusieurs reprises par la justice, le dirigeant de Sea Shepherd est rodé et maitrise désormais à merveille ce petit jeu perfide de pression psychologique… mais encore fallait-il être renseigné sur la question (article concernant Kelly Slater à lire ici).

Bref, une décision bien légère pour un dossier qui mérite d’être beaucoup plus approfondi pour que justice soit faite condamnant l’une ou l’autre des parties de manière réellement fondée…

 

 

 

About the author

Fondateur – Issu d’une famille Bretonne et surfeur depuis une quinzaine d’années, il recrute, coordonne le développement et gère les finances de SurfME pour façonner un projet aux valeurs fun, green et sportives.

Related

Join li diskason