Conflit WSL-Hawaï : la présidente de la league se fait recadrer par le maire

Ce n’est pas parcequ’on est à la tête de l’organisme le plus puissant dans le monde du surf qu’on peut tout se permettre et c’est ce qu’aura appris à ses dépends Sophie Goldshmidt la présidente fraichement débarquée au sein de la World Surf League. 

L’affaire

En novembre dernier, la WSL a fait une requête auprès de la mairie d’Hawaï afin de permuter deux événements importants organisés par la ligue : le Billabong Pipe Masters (épreuve de légende du WCT) qui se déroule en décembre et le Volcom Pipe Pro qui a lieu en janvier. 

Malheureusement, ils ratent la « deadline » pour déposer le dossier en s’y prenant quelques jours trop tard et se voient refuser pour 2019 ce que la présidente de la WSL appellera des « petites modifications administratives ».

Mécontente de voir qu’un simple changement de date est refusé alors que la WSL estime à 7 millions de dollars par an leur investissement pour promouvoir les événements à Hawaï pour une retombée de 20 millions de dollars sur l’économie locale, elle menace le maire Kirk Caldwell de retirer les compétitions de la WSL pour les années à venir.  

« Si on ne peut pas trouver d’accord sur ces changements mineurs, nous ne reviendrons pas en 2019, et ceux pour les années à venir » dira t-elle au journal The Hawaii Star Advertiser

Mais le maire, droit dans ses tongs, n’a pas cédé au chantage et confirme sa décision : « Nous apprécions tous les apports économiques que la WSL apportent aux iles, mais comme je l’ai déjà dit, c’est un problème d’équité, et non d’argent. » rapporte le journal Hawaii News Now

Caldwell finira par dire : « Vous avez déclaré que les changements sont mineurs, et si c’est vraiment le cas, nous sommes perplexes que vous mettiez en péril votre relation avec Hawaï pour un changement mineur. J’espère sincèrement que le WSL continuera à organiser des événements à Hawaï, le berceau du surf. « 

Conclusion

Une réponse qui a sans doute dû laisser sans voix cette ancienne responsable marketing de la NBA…

En attendant, sachez qu’on apprend tous les jours Sophie et règle n°1: on ne s’attaque pas aux institutions Hawaiiennes… tu peux pas test !

Ira t-elle jusqu’au bout de ses propos ?

Affaire à suivre….

 

About the author

Fondateur - Issu d’une famille Bretonne et surfeur depuis une quinzaine d’années, il recrute, coordonne le développement et gère les finances de SurfME pour façonner un projet aux valeurs fun, green et sportives.

Related

Join li diskason